Le mur de soutènement : quid de la fondation

Que ce soit pour un jardin, une terrasse ou une extension, le mur de soutènement demande une étude au préalable. La fondation de la structure doit être réfléchie de manière approfondie. Le recours au béton armé est souvent indispensable, mais d’autres techniques pourront aussi être mises en œuvre. Voici quelques pistes pour vous aider à prendre de bonnes décisions.

Le type de mur de soutènement dépend du sol

Un mur de soutènement a pour mission de supporter une forte poussée. C’est aussi une barricade contre les éléments tels que la terre et l’eau. Il doit être le plus solide possible pour répondre à diverses contraintes. Cela dit, il faudra surtout tenir compte de la nature du sol. S’il est composé de tourbe, d’argile ou de vase, ce serait préférable de faire appel à une entreprise de construction habituée au chantier complexe. Parfois, il faut des pieux ou d’autres dispositifs pour rendre la structure la plus stable possible. La hauteur est généralement limitée dans ce type de géologie. Paradoxalement, le coût de la batterie peut aussi augmenter. Il faut demander le devis et surtout l’avis d’un professionnel. Un bureau d’études est habilité à réaliser tous les calculs. Spécialiste de la question, le site entrepreneur-degraeuwe.be peut vous apporter de plus amples renseignements.

La profondeur de la fondation reste déterminante

Tout le poids du mur de soutènement repose sur la fondation. Cette partie de la construction supporte d’importantes contraintes. Elle doit être à la fois robuste et stable. Il faudra également le tenir à l’abri du gel. La profondeur est à considérer. Différents paramètres vont la déterminer. Il faudra notamment s’adapter au type de climat. Une forte précipitation requiert des fouilles assez basses. C’est aussi le cas d’une construction en montagne ou sur un sol meuble. Les murs de soutènement en altitude exigent des techniques particulières. En effet, il est parfois possible de trouver un rocher à quelques centimètres de la surface. Ce qui ne facilite pas la tâche pour établir une bonne assise. Différentes solutions sont proposées par les bureaux d’étude pour rendre la structure fiable et durable. Le mur peut notamment reposer sur son poids ou être autostable. Dans le premier cas, les matériaux lourds fixent solidement l’ensemble sur un sol plat. Il faut qu’il soit épais.

Différents types de fondations complexes à envisager

Dans certaines situations, il faut équiper le mur de soutènement de piliers. Ces derniers sont en béton armé et reposent sur une semelle plate. Une alternative encore plus coûteuse consiste à planter des pieux ou des puits. Cette technique est indispensable si l’assise est trop profonde. Elle évite de creuser le sol. La structure est pratiquement vissée. Cette approche a le mérite d’être stable, mais son prix le rend inaccessible aux particuliers. Seules les entreprises de construction les plus performantes réussissent à le mettre en œuvre. Cela dit, il y a encore des méthodes beaucoup plus complexes. C’est le cas des fondations en radier. Ce sont quasiment des dalles flottantes entièrement composées de béton. Ces genres de réalisation requièrent aussi une étude du sol approfondie. Cela implique le prélèvement de carottes d’autres explorations sophistiquées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *